Production


Saison 2020


Après un automne 2019 très pluvieux, ce printemps s'annonce bien, car malgré le manque de froid les pluies sont toujours au rendez-vous. Cette absence de froid aura une incidence sur les insectes qui nous perturbent sur les récoltes et particulièrement les chenilles qui devraient être nombreuses cette année. Alors nous mettons en place de nombreux nichoirs pour les mésanges (charbonnière et bleue), les rouge-gorges, les rouge-queues, les grimpereaux et autres passereaux.

Certains nichoirs ont été acheté mais la plupart sont fait avec des matériaux de récupération (morceaux de planches, pot en terre, cagettes). Les nichoirs avec une entrée ronde sont destinés aux mésanges (charbonnière ou bleue), les nichoirs semi-ouverts sont pour les rougegorges, les rougequeues noirs (qui aiment aussi les pots en terre), les bergeronnettes grises, les gobemouches gris et peut-être un troglodyte mignon. Le dernier, en bas à droite est un nichoir pour les grimpereaux, avec une petite ouverture (non visible ici) sur le coté.

Photos Enkidou Lepage en mars 2020.


Saison 2019


La saison 2019 avait bien démarré avec un printemps assez humide et nous avons décidé de continuer de mulcher les cultures les plus sensibles à la sécheresse. Nous ne pensions pas subir une sécheresse plus importante que celle de 2018, ni d'avoir à affronter 2 canicules (une assez longue fin juin et une plus courte en juillet). Nous avons même mulcher notre basilic dans la serre. Nous pensions manquer d'eau, pour notre serre, vers la fin août (les orages se font de plus en plus rare) bien que nous ayons augmenter notre réserve d'eau qui vient du toit de notre maison à 50 mètre cube. En fin de compte nous avons manqué d'eau à partir de mi-juillet et les basilics de la serre n'ont été arrosé à nouveau qu'après le 22 septembre !!

Et voici l'état de nos cultures en septembre après le manque d'eau et la chaleur. Grâce au mulchage avec le foin, nous avons pu limiter les dégâts. Nous voulons poursuivre dans cette voie pour ne pas prendre plus d'eau à la terre.


Saison 2017 et 2018


Nous avons décidé de faire des essais de mulch de nos cultures malgré les problèmes de campagnols. En effet, les fortes chaleurs et la sécheresse deviennent des problèmes plus importants que les ravageurs souterrains. Nous mulchons avec l'herbe que nous coupons régulièrement dans notre prairie.

Voici les essais de mulch de foin sur l'échinacée, l'estragon, la mélisse, sur un semis de persil et sur les calendulas


Saison 2016


La plantation à la main de notre champ de cassis en novembre et décembre 2016. Des arbres seront plantés sur les rangs.

Encore du calendula, de la camomille romaine, la serre remplie de basilic (la plus belle récolte depuis 20 ans) et les rudbéckias en fleurs dans le champ de production (août 2016).

Nouvelle vue de cultures en août 2016. Malgré les conditions sèches, les récoltes sont meilleures que l'année dernière et nous n'avons jamais eu autant de camomille romaine.

Une vue de nos cultures en mai 2016, tout est bien vert car la pluie est au rendez-vous et en prime un beau coquelicot avec les marques noires à la base des pétales (la marque du diable !).

Les plantations sous la neige en février 2016. Nous avons délimité des micro-parcelles de cultures avec des cassis et des arbres fruitiers afin de renforcer la biodiversité et les différents étages de cultures.

Une des joies du métier, la palette de couleurs !

Le nouveau séchoir avec les déshumidificateurs (2016)


Saison 2015


Voici le nouveau site du jardin du centaure. Au premier plan, l'emplacement du futur jardin botanique avec la pergola pour les animations et les dégustations et bientôt les bancs seront installés. Plus loin, au fond, une zone plus plane servira aux cultures. A droite, non visible, une grange est aménagée pour le séchoir, le stockage et la boutique. La parcelle fait 2,40 ha.

Photo prise l'été 2015.

Une partie des cultures (menthes, origan, thym citronné, etc...) en mai 2015.

La serre pour la production de plants, puis pour la culture du basilic (mai 2015)